AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maalik

Aller en bas 
AuteurMessage
Maalik

Maalik

Nombre de messages : 4
Dispo pour RP : Oui

Profil
Taille de l'armée:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Maalik   Mar 24 Jan - 21:58

Nom: "Mon nom est Maalik abd-Isjaïr. Sur ce continent, vous m'appellerez Maalik ou Maal si cette familiarité vous est accordée."
Race: Mercenaire
Perso: Général mercenaire
Histoire:
"Certaines histoires sont drôles à entendre si on a assez de cynisme en soi pour les accepter avec humour. La mienne est de celles-là et m'apparaît de nombreuses fois comme une grande plaisanterie que m'a jouée le destin. Mais écoutez donc.
Mon chemin était tout tracé. J'étais le fils d'un laboureur de la cité de Laouni, le quatrième d'une fratrie de cinq. La vie n'était pas si dure qu'on aurait pu le penser car chacun à notre manière, nous aidions les autres. Les deux aînés, plus charpentés et largement brûlés par le soleil, travaillaient la terre généreuse de l'oasis et en tiraient avec mon paternel des trésors inestimables, que j'allais revendre au marché avec la charrette branlante que nous possédions. Tandis que mon cadet jouait le voleur dans les rues ensablées, mettant à profit sa petite taille et son talent pour la course à pied, le dernier se lançait humblement dans la voie de la garde. Notre mère était morte en le mettant au monde et mon père n'avait pas repris de femme après ce drame, s'emmurant dans le silence du deuil.

Comme n'importe quel jeune homme de ce monde, je m'adonnais quand je le pouvais aux plaisirs simples et faciles de l'existence. Les baignades nocturnes dans l'eau fraîche de l'oasis en compagnie de Kalissa, la fille du scribe de l'Emir, faisaient partie de ces instants de bonheur. L'un dans l'autre, j'avais peut-être beaucoup de choses à désirer et à envier ; mais il faut bien avouer que j'en avais très peu à regretter. D'autres hommes, bien plus puissants que je ne l'étais, des petits aux grands seigneurs, ne pouvaient pas en dire autant.
L'ombre de ce tableau presque champêtre survint lorsque j'eus l'âge de dix-neuf ans. Mon géniteur grabataire, accablé par une vie de labeur sous l'argent regard du soleil, laissait la charge du travail des cultures à nous autres. Nous avions cessé de pleurer notre frère aux mains lestes, celui qui avait délesté nombre de citoyens de leur bourse dans les rues de Laouni et que le guet avait attrapé puis décapité par un matin terriblement aride. J'étais dans les bras de Kalissa lorsque je me rendis compte qu'elle était distante. Presque froide.

Je ne te conterai pas cette soirée ; mais sache que j'appris qu'elle avait cessé d'avoir du désir pour moi, au profit de mon cadet.

L'amour fraternel est bien souvent teinté d'une certaine violence. Mais cette nuit-là, je me demandais si je n'allais pas commettre un crime aux yeux des dieux ; si je n'allais pas répandre le sang de ma famille dans le sable avide du désert. je n'étais pourtant pas une personne portée sur la brutalité. L'habitude du marché avait plutôt fait de moi quelqu'un appréciant les compromis et la discussion, prompt à désamorcer les colères et les indignations.
Je réalisais alors que j'avais plongé dans l'amour, moi qui m'étais toujours promis de ne pas adorer une femme de si noble ascendance, qui ne pouvait que ne pas m'être promise.

C'est pourquoi ce ne fut plus moi qu'elle accueillit dans sa couche mais bien mon frère. Je m'absorbais dans une haine muette et contre-nature, devenant plus sombre et plus réservé. Gangrené par la jalousie au fil des ans. J'en vins même à enrager contre la fatalité un beau jour, et gagnais Laouni pour aller voir un homme qu'on disait sorcier. Là, j'investis sa maison avec la colère puérile d'un enfant, me plantant devant lui et exigeant qu'il m'aide à apaiser la haine de mon coeur ou à accomplir ma vengeance.
Un sourire mi-figue mi-raisin aux lèvres, il accepta, requérant avant que je réalise l'un de ses souhaits et me promettant d'ensuite m'accorder les moyens que je réclamais. J'acceptais avec la fougue aveugle de la jeunesse.

Ce vautour de mon passé ne me demanda qu'une seule chose ; aller chercher un objet qu'il avait perdu dans le désert, et qu'il était trop faible désormais pour aller fouiller lui-même sous le soleil ardent. Pour ceci, il me céda même une carte précise et sache que pour chaque fils de l'étendue de sable, les dunes ne se ressemblent pas et bien que sous ton regard chaque vallon de grains puisse être semblable à un autre, moi je pouvais y trouver mon chemin.
Je gagnais l'endroit sans encombre, en une seule journée. Là, j'arpentais le lieu en tous sens pendant toute une semaine, plus courroucé à chaque lune qui tombait. Lorsqu'enfin je récupérais l'objet convoité ; une petite fiole de jade et incrustée de lapis-lazuli.

Lorsque je la rapportais au mage prétendu, il s'extasia et me la réclama à grands cris. Je la conservais fiévreusement, arguant que je n'avais pas encore reçu mon dû : ma vengeance. Dans sa hâte à reprendre son bien, mon vis-à-vis se jeta sur moi en marmonnant des paroles terribles et inconnues qui me firent frémir. Je tombais à la renverse et la bouteille heurta le sol, en se brisant étrangement en égard à son apparente solidité. Le phénomène lui-même fut singulier, car le bruit se réverbéra dans toute la maison, dans toute la rue, et se propagea en toute la cité de Laouni comme si tout le ciel s'était lui-même fracassé en morceaux d'azur dans chaque venelle. Voyant ceci, l'homme hurla de détresse et de rancoeur et pointa un index malveillant sur moi. Paniqué, je tirais ma dague et la plantais dans son coeur, lardant son corps sec et fragile plusieurs fois en ignorant le sang qui en coulait à grands ruisseaux.
Hagard et esseulé, je m'enfuis dans le désert, abandonnant là le corps et fuyant la justice expéditive de la ville.

Je m'aperçus rapidement que quelque chose s'était passé lorsque la fiole s'était brisée. Des voix murmuraient dans ma tête, des visions s'imposaient à mes yeux. Je revoyais des visages inconnus, et pourtant familiers ; j'avais des gestes qui ne m'appartenaient pas et que pourtant, mon corps venaient d'apprendre. Il me fallut toute une lune pour comprendre ce qui s'était passé.
En moi avaient été gravés les souvenirs et savoirs de nombre de guerriers légendaires d'Arabie. Non pas des êtres divins ou des héros ; mais de simples hommes, de simples généraux et de simples tueurs, tous très humains. Terriblement humains. Certains mauvais, certains bons ; mais tous morts par l'épée.

Il me fallait fuir ma patrie. Fuir ce sol brûlé, fuir toute cette terre dorée dont on venait de me confier les mémoires martiales. Désespéré, je m'enfuis en volant les ressources familiales, gagnant l'Estalie du Vieux Monde. Là, je vendis mes nouveaux talents comme mercenaire.
La vie s'écoula, sans jamais pouvoir savoir de quoi serait fait demain. Fort de ces expériences qui ne m'appartenaient pas, je gravis les échelons de la hiérarchie mercantile, cette contrée n'étant jamais rassasiée de guerres et de mises à sac. Au fil du temps, je montais ma propre compagnie, réalisant que j'étais de plus en plus enfiévré et avide. L'ombre de ces vies emprisonnées en moi me saisissait parfois, me commandait impérieusement et m'emmenant miraculeusement sur un champ de bataille où mon arrivée devenait salutaire pour l'un ou l'autre des camps en présence.

Désormais, j'erre de par le monde, allié providentiel ou ennemi malencontreux, guidé par la sourde rumeur de ces guerriers morts depuis longtemps mais qui vivent toujours à travers moi. Je ne sais pas quand tout cela s'arrêtera ; je ne sais pas qui était ce mage, ni quelle aurait été ma vie si j'avais été moins jaloux et immature.
Mais il y a une certitude que je détiens. C'est que comme tous ceux qui dorment en moi, je mourrais avec dix pouces d'acier dans le corps..."
Revenir en haut Aller en bas
Mavado
[Admin] Maitre assassin niveau 5
[Admin] Maitre assassin niveau 5
Mavado

Nombre de messages : 2661
Localisation RP : Altdorf!
Dispo pour RP : Dispo, demandez moi!

Profil
Taille de l'armée:
200/3000  (200/3000)

MessageSujet: Re: Maalik   Mar 24 Jan - 22:08

Bienvenue à toi
Revenir en haut Aller en bas
Alcahizzar le Redouté
Roi des tombes niveau 2
Roi des tombes niveau 2
Alcahizzar le Redouté

Nombre de messages : 92
Localisation RP : Près d'Altorf
Dispo pour RP : Oui

Profil
Taille de l'armée:
3000/3000  (3000/3000)

MessageSujet: Re: Maalik   Mer 25 Jan - 8:44

bienvenue arabien renégat
Revenir en haut Aller en bas
Jakob
[MJ] Prêtre Guerrier niveau 5
[MJ] Prêtre Guerrier niveau 5
Jakob

Nombre de messages : 250
Localisation RP : A Altdorf
Dispo pour RP : Oui, quand vous voulez.

Profil
Taille de l'armée:
200/5000  (200/5000)

MessageSujet: Re: Maalik   Mer 25 Jan - 9:57

bienvenu être emplis de fantôme
Revenir en haut Aller en bas
John Galéazzo

John Galéazzo

Nombre de messages : 40
Dispo pour RP : Oui, je suis ouvert à toute proposition...

Profil
Taille de l'armée:
1000/1000  (1000/1000)

MessageSujet: Re: Maalik   Mer 25 Jan - 19:33

Bienvenue à toi mon confrère^^
Revenir en haut Aller en bas
Raila 'Patte de Velours'
Général Mercenaire niveau 1
Général Mercenaire niveau 1
Raila 'Patte de Velours'

Nombre de messages : 49
Dispo pour RP : Oui

Profil
Taille de l'armée:
3000/3000  (3000/3000)

MessageSujet: Re: Maalik   Sam 28 Jan - 23:34

Bienvenue ! La confrérie des maitres mercenaires et confiseurs s'agrandit !

Citation :
On a pas le droit d'aimer les friandises?....
Revenir en haut Aller en bas
Mavado
[Admin] Maitre assassin niveau 5
[Admin] Maitre assassin niveau 5
Mavado

Nombre de messages : 2661
Localisation RP : Altdorf!
Dispo pour RP : Dispo, demandez moi!

Profil
Taille de l'armée:
200/3000  (200/3000)

MessageSujet: Re: Maalik   Lun 20 Fév - 11:25

Passage au niveau 1
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maalik   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maalik
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Warhammer RPG :: Warhammer RPG :: Présentations-
Sauter vers: